L’empreinte environnementale des sondes urinaires

23 mai 2022

Dans un monde parfait, les sondes urinaires seraient suffisamment écologiques pour être jetées dans les toilettes, mais ce n'est pas encore réalisable. Il existe cependant des moyens de réduire l'empreinte écologique des sondes !

 LoFric_Urinary_Catheters_blog.png

Le PVC dans les dispositifs médicaux

Le PVC est le plastique le plus couramment utilisé dans les dispositifs médicaux, tels que les contenants et les tubes flexibles, mais aussi dans d'autres éléments des unités de soins, comme les gants jetables, les rideaux et les revêtements de sol.

Le PVC a été développé à l'origine pour remplacer le caoutchouc naturel et le verre. Les dispositifs médicaux fabriqués à partir de ces matériaux traditionnels nécessitaient un nettoyage et une re-stérilisation avant d'être réutilisés. Dans les années 60, le PVC a permis de fabriquer des dispositifs à usage unique.

Aujourd'hui, le PVC est soupçonné d'avoir créé un certain nombre de risques sanitaires environnementaux. Deux problèmes majeurs sont associés au PVC :

  • La dioxine, un cancérigène humain connu qui peut se former lors de l'incinération (brûlage) de déchets municipaux contenant du PVC.
  • Les phtalates,

    qui sont utilisés pour assouplir le plastique PVC et sont soupçonnés de réduire la fertilité.

Élimination progressive du PVC

La bonne nouvelle, c'est que les hôpitaux et autres établissements de santé du monde entier éliminent progressivement le PVC, ou du moins les phtalates, pour adopter des solutions plus sûres. Ce mouvement est également évident dans l'industrie des sondes et il existe aujourd'hui des matériaux alternatifs sur le marché.

En voici quelques exemples :

  • La polyoléfine, par exemple le POBE dans les sondes LoFric de Wellspect
  • Le polyuréthane thermoplastique (TPU), par exemple dans les sondes SpeediCath de Coloplast
  • Le PVC sans phtalates, par exemple dans la VaPro de Hollister

Pour mesurer l'impact environnemental des différents matériaux, il faut prendre en compte l'ensemble du cycle de vie des sondes :

wellspect-lifecycle-urinary-catheter.jpg

1. Le pétrole est extrait de la terre et raffiné
2. Le pétrole est transformé en granulés de plastique dans une usine de plastique
3. Les sondes sont produites
     a. Extrusion en tube
     b. Moulage par injection pour les godets des sondes
     c. Emballage
     d. Stérilisation
4. Transport
5. Traitement des déchets

Analyse du cycle de vie

Les différentes étapes du cycle de vie sont ensuite analysées sous six aspects environnementaux; acidification, eutrophisation (sur-fertilisation), extraction de sources non renouvelables, émissions toxiques, changement climatique et appauvrissement de la couche d'ozone (à l'aide de la méthode Eco-indicator99). 

wellspect-pobe-table-eco-indicator99_FR

Parmi ceux-ci, les aspects environnementaux les plus importants sont l'extraction de combustibles fossiles (en gris) et le changement climatique (en rouge).

En passant d'une sonde en PVC à une sonde en polyoléfine (par exemple LoFric), vous évitez les plastifiants, mais vous évitez également un impact environnemental croissant, comme pour les sondes en TPU.

S'il était possible d'utiliser un matériau 100 % biosourcé, la barre grise et la barre rouge disparaîtraient. 

Le procédé n'existe pas encore, mais le développement de nouveaux matériaux est en cours. Espérons que dans un avenir pas si lointain, les sondes urinaires auront un impact considérablement réduit sur l'environnement !


Téléchargez notre brochure sur l'environnement

Sujets: Sondage Intermittent Propre, Environnement